Altruwe: un réseau social pour créer un monde plus altruiste en 1000 jours

Rassembler, fédérer et faire grandir un cercle d’altruistes qui aspirent à améliorer la société. Non, ce n’est pas le plot d’un nouveau film de superhéros. C’est plutôt tout le concept d’Altruwe, un mouvement franco-québécois qui utilise le pouvoir des réseaux sociaux pour cultiver un esprit altruiste chez le plus grand nombre. À l’heure actuelle, plus de 3 000 personnes ont téléchargé ce réseau social bienveillant et éphémère, qui met en lumière les belles actions réalisées ici et là par des associations et des particuliers qui étaient jusqu’à présent dans l’ombre. Plus de 3 000 articles y ont également été postés. L’idée : partager des contenus inspirants (articles, vidéos, podcasts, etc.) et insuffler une dynamique d’entraide afin d’encourager tout un chacun à agir à son échelle. Altruwe, qui est une application, mais aussi une association à but non lucratif, a éveillé l’enthousiasme de plusieurs personnalités, dont Matthieu Ricard et sa Fondation Karuna-Shechen, qui agit et plaide pour un monde plus altruiste. Explications avec Yves Delnatte, cofondateur de la Fondation Altruwe aux côtés de Jérémie Mani.

Feat-Y : Selon toi, pourquoi a-t-on besoin d’altruisme aujourd’hui ?

Yves Delnatte : Sortir de l’égoïsme et de l’individualisme excessif encourage le partage de bonnes nouvelles ! L’altruisme, c’est avant tout une coopération qui n’attend pas de retour, et surtout la preuve que l’être humain peut évoluer en copiant des animaux dits altruistes. Si cet état d’esprit se répand, alors un mimétisme social peut se créer et ainsi nous conduire vers une société plus bienveillante, et donc prête à affronter les défis qui nous attendent. L’altruisme est une valeur essentielle que nous devons préserver à tout prix !

Feat-Y : Comment avez-vous eu l’idée d’Altruwe ?

Y.D. : Il faut d’abord parler de notre rencontre, qui est arrivée à un moment opportun. Acteur de la lutte contre la haine en ligne depuis 10 ans, Jérémie occupait un poste de modération. Quant à moi, je venais de vendre ma société de développement d’applications mobiles. Nous étions à la recherche d’un projet qui ait du sens, et qui puisse avoir un impact sur les autres. Notre volonté était portée par une lecture commune : l’ouvrage Plaidoyer pour l’altruisme, par Matthieu Ricard. Et pourtant, devant la multitude d’associations et d’organisations existantes, je ne savais pas laquelle rejoindre. J’ai alors pensé à consacrer 100 % de mon temps à une initiative qui pourrait toutes les aider. Je voulais démultiplier mon impact et laisser une trace ! Nous avons mis nos concepts en commun, et c’est ainsi qu’est née Altruwe.

Feat-Y : Qu’est-ce qui fait justement la force de l’application ?

Y.D. : L’état du monde est sombre, entre violences, individualisme, méchanceté et climat anxiogène. Il existe pourtant beaucoup plus de choses positives, même si l’humain a plutôt tendance à retenir seulement le négatif. Altruwe a été créée pour tenter d’inverser cette tendance et ainsi mettre en avant des valeurs telles que la prévenance, l’amitié, l’affection et la coopération. Elle défend un altruisme envers la nature, le monde animal et les générations futures. Il est en effet important de montrer toutes les actions mises en place pour combattre notamment la pauvreté, la pollution et le réchauffement climatique. Le mimétisme fonctionne dès lors qu’il est partagé, et quel meilleur moyen qu’un réseau social pour cela !

Feat-Y : Lors de l’inscription, un objectif d’assiduité est demandé. Pourquoi ?

Y.D. : Nous avons créé ce réseau social sous forme d’application en six mois, et nous avons envie que le plus grand nombre puisse s’engager dans ce qui pourrait être un petit mouvement, au-delà d’une application et d’une association. D’ailleurs, plusieurs personnalités ont confiance en ce projet, ne le jugent pas utopique, et en sont aujourd’hui les ambassadeurs. S’engager à consulter et partager des articles éclairants durant 5 minutes, tous les jours, c’est déjà une très bonne chose. Il n’y a bien sûr aucun contrôle ! Cet objectif d’assiduité encourage seulement les utilisateurs à trouver des inspirations et des initiatives inspirantes tout au long de leur cheminement.

Feat-Y : Parmi les articles partagés pour le moment, quelles sont les thématiques abordées ?

Y.D. : De nombreux articles liés à la solidarité et à la vision de l’altruisme de Matthieu Ricard ont été partagés ! De même, beaucoup l’ont été à propos du « Faire sa part » au moment du décès de Pierre Rabhi. D’autres thématiques comme l’écologie, le traitement des déchets, les circuits courts, la manière de prioriser dans la vie, ou encore comment moins consommer sont également au cœur des préoccupations des altruistes.

Feat-Y : Outre le fait de poster et de partager du contenu, que peuvent faire les utilisateurs ?

Y.D. : Ils peuvent se suivre, se taguer, voire même se parrainer, mais pas poster de commentaire, car nous sommes très vigilants sur la modération. Voilà ce qui nous permet d’empêcher le post d’articles qui n’ont pas leur place dans la ligne éditoriale d’Altruwe. Chaque membre d’Altruwe peut d’ailleurs être modérateur ! L’application n’en est qu’à sa première version, mais il sera bientôt possible de discuter au sein de la communauté. Certains altruistes nous ont demandé si des rencontres pourraient être organisées, et cela reste une option envisageable si des mouvements naissent à l’origine d’Altruwe.

Feat-Y : 1 000 jours, c’est le laps de temps que vous vous êtes fixé pour réunir le plus d’altruistes possible et surtout partager un maximum de contenu inspirant. Que va-t-il se passer ensuite ?

Y.D. : Nous avons songé à ces 1 000 jours pour créer un impact ! Tous les projets auxquels Jérémie et moi avons participé par le passé avaient un ultimatum. Il est encore trop tôt pour déterminer ce qu’il adviendra d’Altruwe, mais nous communiquerons sur son futur 333 jours avant la fin de cette échéance. À l’heure actuelle, son statut d’association à but non lucratif pourrait nous permettre de nous entourer de dizaines de personnes pour créer un mouvement. Ces 1 000 jours sont aussi là pour nous rappeler que le temps passe, et qu’il est essentiel de faire et de partager de belles actions.

Propos recueillis par Mélanie Domergue

Infos :

Site internet : https://www.altruwe.org/

...

1 Comment
  1. Jeremie

    7 janvier 2022 18 h 23 min

    Merci à l’equipe de FEAT-Y pour cette belle interview! jeremie (co-fondateur d’altruwe)

Leave a Comment