Comment construire une carrière quand on est un jeune Sud-Africain aux conditions socio-économiques faibles et donc exposé au chômage de masse ? C’est le défi qu’entend relever l’association Youth Aspiring Thinkers, dirigée par Thulani Masebenza, qui vise à permettre à des lycéens défavorisés de participer aux différents programmes proposés par l’organisation, afin de leur ouvrir des perspectives positives pour leur avenir


Feat-Y : Qu’est-ce qui vous a conduit à la création de Young Aspiring Thinkers ?


Thulani Masebenza : Fondée en 2019, Young Aspiring Thinkers est une organisation à but non lucratif qui vise à servir l’objectif de fournir aux jeunes lycéens sud-africains les compétences nécessaires pour débloquer leurs futures carrières et s’attaquer au défi du chômage des jeunes. Notre objectif est de devenir l’un des mouvements dirigés par des jeunes les plus transformateurs du pays. Nous avons créé Young Aspiring Thinkers dans le but d’améliorer les choix de carrière des élèves des lycées défavorisés d’Afrique du Sud, qui ne bénéficient pas du soutien dont ils ont besoin pour faire des choix de carrière et prendre des décisions. Nous offrons des compétences aux apprenants des écoles secondaires d’Afrique du Sud. Nous voulons prendre de grandes décisions, car trop d’apprenants ne veulent étudier que des carrières telles que la comptabilité, le droit, la médecine ou l’ingénierie parce qu’ils ne sont pas exposés à d’autres carrières au lycée. Nous avons donc décidé de créer cette organisation pour résoudre ce problème.


Feat-Y : Est-ce lié à un échec du gouvernement sud-africain en matière d’éducation ?


T.M : Oui. Je dirais que c’est en partie vrai. Je pense qu’il n’y a pas assez de programmes parascolaires pour les apprenants dans ces écoles, ainsi que des ressources pour aider les apprenants dans leurs futurs choix de carrière. C’est vraiment important, car compte tenu de l’environnement socio-économique dans lequel se trouvent ces apprenants, il n’y a pas assez de ressources pour les aider à passer à la phase suivante de leur parcours d’apprentissage. L’Afrique du Sud connaît également un taux de chômage élevé chez les jeunes (64 %). Nous ne devons pas seulement créer plus d’emplois, mais aussi aider les apprenants à aligner les compétences qu’ils possèdent sur les carrières dans lesquelles ils peuvent exceller. C’est pourquoi il est si important d’améliorer les compétences des apprenants et de leur enseigner les carrières émergentes, car de nouvelles opportunités s’ouvrent dans des domaines tels que la technologie.

Thulani Masebenza : « Notre objectif est de devenir l’un des mouvements de jeunes les plus novateurs du pays ».


Feat-Y : Quel type de programmes proposez-vous et quels objectifs visent-ils ?


T.M : Donc, la première partie de notre programme est un programme d’exposition aux carrières. Lorsque nous obtenons beaucoup de jeunes professionnels dans diverses carrières, des gestionnaires de médias sociaux aux entraîneurs de football, en passant par les personnes travaillant dans la science des données. Nous les invitons à organiser un événement d’exposition de carrière à l’école. Nous recevons environ 30 jeunes professionnels ce jour-là et nous avons environ une centaine d’apprenants. Ils participent à une discussion interactive avec les élèves sur la façon dont ils sont entrés dans leur domaine spécifique, le diplôme qu’ils ont étudié pour y parvenir et les tâches quotidiennes de leur travail. Il s’agit d’une façon unique d’exposer les apprenants à diverses carrières en discutant avec des jeunes. Une fois ces sessions d’exposition aux carrières terminées, nous donnons aux apprenants des candidatures pour notre programme phare Illuminate, qui dure 6 mois et se concentre sur l’orientation professionnelle ainsi que sur le développement du leadership. Le programme est géré en collaboration avec la Münster School of Business (MSB), la FH Münster est l’une des principales universités de sciences appliquées en Allemagne. Elle compte 2 500 étudiants et 48 professeurs à temps plein. Cela apporte une réelle valeur ajoutée aux apprenants car la dernière partie du programme est un projet social, dans le cadre duquel ils doivent résoudre un problème qu’ils ont constaté dans leur communauté en utilisant les objectifs de développement durable des Nations unies comme cadre. Cela signifie que les apprenants acquièrent de nombreuses compétences telles que la pensée critique, la résolution de problèmes, le travail de groupe et les compétences de présentation qui les aideront dans leur parcours. À la fin du programme, les apprenants présentent leurs solutions à un jury et reçoivent un certificat pour leur participation.

Feat-Y : Qui peut participer à vos programmes et quelles sont les conditions à remplir pour être accepté ?

T.M : Nous recherchons des apprenants âgés de 17 à 18 ans qui veulent se développer pour atteindre leurs futures carrières et résoudre des problèmes en Afrique du Sud. Nous recherchons donc des apprenants qui veulent se développer et améliorer ce pays de manière significative.

Feat-Y : Avez-vous une idée du nombre d’écoles et d’étudiants qui ont participé à vos programmes ? Quel est leur retour d’expérience ?

T.M : Nous avons travaillé avec plus de 600 apprenants et travaillons actuellement en étroite collaboration avec l’école secondaire d’Olievenhoutbosch, le retour des apprenants est excellent. Ils apprécient vraiment ce qui est fait maintenant et beaucoup d’entre eux veulent encore être impliqués dans le programme Young Aspiring Thinkers en tant qu’anciens élèves. Beaucoup d’entre eux nous contactent encore et nous informent de l’évolution de l’université et de leurs autres réalisations.
Feat-Y : Comment imaginez-vous l’avenir de Jeunes aspirants penseurs ?
T.M : Nous voulons atteindre l’objectif d’avoir un impact sur la vie de dix mille apprenants d’ici 2030 et devenir l’une des organisations de jeunes les plus transformatrices du pays.

Interview réalisée par Jonathan Baudoin

Infos: https://www.youngaspiringthinkers.org/